Bébé,  Non classé,  Portage

Comment bien porter son bébé ?

Vous attendez un bébé ou venez d’accoucher, et vous aimeriez expérimenter le portage, mais vous ne savez pas trop ni par quel bout (d’écharpe) commencer ni comment vous y prendre. Et plus vous lisez de liens sur internet et plus vous êtes perdus ! Cet article est là pour vous aider à faire le tri et débuter sereinement votre portage.

1 – le portage physiologique, qu’est-ce que c’est ?

Ce terme vous avez du le lire au moins 52 fois, mais à quoi fait-il référence exactement ?

On parle de portage physiologique, lorsque ce dernier s’inscrit dans le respect de la posture naturelle du tout petit.

Les critères principaux à retenir sont les suivants :

  • Bas du dos arrondi : la colonne vertébrale du nouveau-né est naturellement arrondie, contrairement à celle d’un adulte qui forme un espèce de S, elle va plutôt former un C un peu étiré (comme une virgule). Une position dos droit correspond en termes de confort à une position cambrée chez un adulte, ce qui peut rapidement devenir inconfortable
  • Genoux plus haut que les hanches : le fait de remonter les genoux permet au fémur de bien s’emboîter dans le cotyle de la hanche et offre un meilleur confort. Pour illustrer une posture ne permettant pas le regroupement, vous pouvez transposer à être assis sur un grand tabouret de bar avec les jambes qui pendent.

Ces deux critères sont évidemment à prendre en considération de façon très globale. Lorsque l’enfant grandit par exemple, il va progressivement voir sa colonne évoluer pour atteindre vers 18 mois / 2 ans la forme qu’on connaît chez un adulte. D’un nouveau-né souvent très regroupé, on observera un arrondi de moins en moins prononcé au fil des mois, ce d’autant plus que l’enfant s’éveille et est en mouvement.

Certains enfants sont également plus toniques que d’autres et ne vous laisseront pas remonter leurs genoux plus haut que la hanche, c’est notamment souvent le cas des bébés souffrant de reflux gastro-oesophagien (RGO).

Photos portage physiologique enroulement du bébé

Cela ne doit pas devenir un frein ou un stress, votre bébé ne court aucun risque de blessure ou de mauvais développement s’il n’est pas porté de façon parfaitement physiologique, le principal étant qu’il soit porté et que cela vous aide au quotidien.

2 – votre premier système de portage : vos bras

On le néglige trop souvent, mais votre premier outil de portage, ce sont vos bras ! Avant même d’envisager le recours à un quelconque porte-bébé, il semble assez logique de commencer par le commencement à savoir être à l’aise avec la manipulation de votre bout de chou.

Il est conseillé de manipuler son bébé en respectant son enroulement naturel (cf point numéro 1), on veillera à limiter les postures en traction et en hyper-extension. Cela passe par éviter notamment de le soulever par les aisselles, en préférant par exemple d’abord l’asseoir et le soutenir ensuite par les fesses.

Le soutien du bassin de votre bébé lui apporte confort et stabilité, sa base est comme un centre de gravité. Cela le rassure et le calme, et facilite de votre côté également sa manipulation.

Pour votre confort à vous, vous pouvez privilégier l’utilisation de votre avant-bras comme support au lieu de la main : lorsqu’on porte avec sa main on se crispe énormément et cela favorise la survenue de tensions jusque dans les cervicales et de tendinites au poignet. En outre, la main qui porte entre les jambes du bébé l’invite à se jeter en arrière, l’inverse donc de l’effet recherché !

D’une manière générale, n’hésitez pas à utiliser l’ensemble de votre bras et de votre buste pour offrir un bon ancrage à votre tout petit sans sursolliciter vos articulations. On rappellera que lorsque l’enfant atteint 6kg (autour de 3-4 mois), c’est l’équivalent d’un pack de lait que vous portez plusieurs heures par jour ! Préserver son corps au quotidien et dès le départ s’avère de fait indispensable. Prenez le temps de chercher sur votre buste des zones où votre bébé se cale parfaitement (emboîtement des corps), avec le porte-bébé ensuite on réalisera les installations à ces endroits et cela permettra que la tête ne bascule pas.

3 – Le choix du porte-bébé

Choisir son système s’avère souvent être l’étape la plus compliquée ! Echarpes, slings, mei-tai, préformés, ces mots sont du chinois pour vous ? Ne paniquez pas, c’est normal. Il est un fait que l’offre s’est développée bien plus vite que les conseils d’utilisation et qu’on a vite fait de s’y perdre ! Nous vous invitons en premier lieu à lire notre article sur les 10 erreurs à ne pas faire lorsqu’on souhaite acheter un porte-bébé, qui pourra vous donner quelques billes sur le sujet.

Pour schématiser un peu, nous vous invitons à d’abord évaluer votre besoin principal : envisagez-vous plutôt un portage pratico-pratique pour la maison, quelques courses rapides ou des A/R école, ou bien plutôt un portage plus longue durée pour des siestes de bébé ou des balades ?

Les systèmes les plus pratiques sont généralement les slings et préformés. Ils s’installent très vite, ne traînent pas au sol et vous permettent d’être tout de suite dans le portage.

Les systèmes les plus pérennes sont généralement les echarpes et les mei-tai. Ils demandent un peu plus de temps pour être mis en place et bien ajustés, mais permettent un portage longue durée dans les meilleures conditions.

Praticité et confort vont malheureusement s’opposer : plus on souhaite un système pratique, moins il va comporter de réglages et ajustement, et moins il sera confortable (du moins il restera confortable mais moins que les autres). Être confortable nécessitera au contraire un peu plus de manipulations et cela ne correspond pas vraiment à des installations ultra rapides.

On pourrait comparer l’écharpe à une paire de chaussures de randonnées et le sling à une paire de tongs : les 2 sont utiles mais pas au même moment ! Et comme on n’irait pas marcher longtemps en tongs, on ne mettra pas pour autant de chaussures de randonnée pour aller relever le courrier.

Vous souhaitez porter à la fois dans le quotidien et pour des balades ? Misez sur 2 systèmes différents pour en tirer les meilleurs profits !

4 – La sécurité

Vous avez vos bras, votre porte-bébé, votre bébé, et êtes parés pour le portage, bravo ! Parlons maintenant sécurité.

Les règles de sécurité en portage sont assez basiques :

  • Bébé vertical et face à vous : allongé dans un système il risque de se tasser et la matière de venir limiter la bonne circulation de l’air, ce sont des positions à réserver exclusivement au portage à bras. Le face au monde est également à éviter (risque de chute accru).
  • Voies respiratoires dégagées : la tête de votre bébé doit toujours être libre, le porte-bébé et les couvertures remontant au plus haut derrière la nuque. Il fait froid ? Mettez-lui un bonnet ! Il vaut au pire toujours mieux un petit courant d’air qu’un bébé ne pouvant plus respirer. Les voies respiratoires dégagées c’est aussi vérifier que bébé n’est pas affaissé dans la matière : vous pouvez passer un doigt entre son menton et son thorax.
  • Portage haut sur le buste : une installation trop basse aura tendance à être trop lâche, votre bébé risquerait d’être tassé.
  • Porte-bébé bien ajusté : la matière enveloppe votre tout petit, les réglages le soutiennent, il ne peut pas glisser dessous ni tomber.
  • Pas de pratique sportive : pas de course à pied, vélo, ski et autre trampoline avec bébé porté !

On peut y ajouter d’autres règles importantes également même si moins essentielles :

  • Des vêtements souples qui ne gênent pas bébé. Que ce soit en portage ou au sol, privilégiez des habits amples et non contraignant, personne n’irait faire de sieste ou de cours de yoga en jean slim ou robe de mariée, votre bébé non plus !
  • Pas de manteau ni combi-pilote : il vaut mieux garder votre bout de chou le plus prêt de vous que possible pour favoriser la thermorégulation. Les matières épaisses gênent les bons réglages, et tendent à obstruer les voies respiratoires et appuyer sur l’artère fémorale, altérant la circulation sanguine dans les jambes. Couvrez-le plutôt par l’extérieur avec une couverture de portage ou un manteau de portage par exemple.
  • Des petites pauses régulières pour que bébé puisse bouger un peu, toutes les 2-3h idéalement (ça tombe bien, en général il va réclamer à téter ou avoir besoin que sa couche soit changée à peu près au même rythme !). En été pensez également à bien l’hydrater !

D’une manière générale, vérifiez régulièrement que tout est OK en cours de portage.

5 – Choisissez le bon moment

Erreur classique de débutant : « Bébé pleure ! Tiens, si je le mettais dans l’écharpe que je n’ai jamais utilisée de ma vie ? »

Equivalent : « tiens, si on allait faire la première leçon de conduite Place de l’Étoile à Paris ? »

Vous l’avez compris, c’est une très mauvaise idée ! Même pour un porteur confirmé, installer un nouveau-né en mode remake de l’exorciste dans un porte-bébé est un exercice délicat. Visez un moment où tout est OK : bébé est calme et repu, vous-même êtes zen et sans contrainte (RDV ou autre). Les premières installations servent non pas à satisfaire un besoin de portage mais un besoin d’APPRENDRE à porter.

A l’usage il est assez classique également que bébé pleure lors des installations, cela ne veut pas dire qu’il n’aime pas le portage mais plutôt qu’il n’aime pas les installations en portage, ce qui avouons-le n’est pas l’étape la plus agréable pour lui. N’hésitez pas à aller au bout comme vous pouvez (ce n’est pas le moment de viser le réglage parfait), marchez pour le calmer, vous reviendrez sur les ajustements ensuite.

6 – Profitez !

Ca y est vous voici enfin prêts ! il vous reste à surtout profiter de ces doux moments avec votre petit cœur !

Prenez-le temps d’apprendre tranquillement et sans pression, en visant des objectifs raisonnables au début : un bébé qui respire et qui ne tombe pas. L’aisance et le confort viendront progressivement avec le temps. N’hésitez pas également à vous faire accompagner par une monitrice de portage !

Bon portage !